Les Danses

Salsa

Son histoire

La salsa (sauce piquante en espagnol) est un style de musique populaire ayant pris naissance dans la communauté hispanique de New York au milieu des années 70, par suite de l’évolution musicale de divers rythmes latins. Né d’un mélange de musique afro-cubaine et portoricaine enrichie de rock et de jazz, la salsa prend racine dans la musique latine des années 40 (trompettes, flûtes, voix) ainsi que dans les rythmes de danse des années 50 qui connurent divers degrés de popularité, soit : la rumba, le mambo, et le cha-cha-cha. C’est sous l’influence du rock que la guitare électrique et des procédés électroniques furent ajoutés à la salsa, tandis que les qualités d’improvisation et d’orchestration furent héritées du jazz. En raison des pressions sociales et de la situation politique qui sévissait à Cuba et à Porto Rico, de nombreux citoyens s’exilèrent à New York, à Miami et dans plusieurs villes des États-Unis. Ce sont ces gens et d’autres passionnés de musique ayant grandi dans le Harlem hispanophone de New York, qui créèrent cet engouement. Sans compter certains musiciens des Caraïbes, notamment, la chanteuse cubaine Celia Cruz et l’artiste Tito Puente, qui commencèrent leur carrière avant même les débuts de la salsa; le musicien Eddie Palmieri, le tromboniste Willie Colon, le flûtiste Johnny Pacheco et le percussionniste Ray Barretto. Sans oublier les artistes Victor Paz, Bobby Valentin, Larry Harlow, Hector Lavoe, Ismael Rivera, et bien entendu Cheo Feliciano, qui ont formé THE FANIA ALL STARS, dont le premier spectacle fut donné en 1973 au Yankee Stadium de New York.

Son style

La salsa s’est ensuite fait connaître dans plusieurs communautés hispanophones des États-Unis. Elle a à son tour influencé le rock et le jazz. C’est ainsi que des rythmes latins et des instruments de percussion se retrouvent maintenant dans la musique rock et la dance. Cela dit, la salsa est encore chantée en espagnol, et bien peu d’artistes sont parvenus au même succès en chantant en anglais. Cette danse d’origine latine est fort similaire au mambo. La principale différence réside dans le fait que le mambo se danse généralement sur deux temps tandis que la salsa se danse plutôt sur un seul temps.

 

Bachata

Son histoire

La bachata ne ressemble en rien à la salsa et au merengue. Il s’agit d’une musique romantique originaire de la République dominicaine où le chanteur pleure sa ballade avec beaucoup de passion (par moment, on dirait vraiment qu’il pleure ses paroles!). Apparue dans les quartiers défavorisés de Santo Domingo, pendant les années 1960, la bachata a conquis la population dominicaine dans les années 1990.
À l’origine, il s’agissait simplement d’une chanson accompagnée à la guitare. Aujourd’hui, un orchestre de bachata comprend des synthétiseurs, des instruments de percussion, une basse et, surtout, une guitaire au son très aigu. C’est ce dernier instrument qui donne un son unique à la bachata.

Son style

Elle se distingue du merengue par des rythmes plus lents et par des mélodies aux accents nettement plus romantiques, ce qui n’empêche pas des paroles souvent olé-olé, dans la bonne vieille tradition macho latina!

 

Kizomba

La kizomba est un style de Zouk originaire de l’Angola, qui est devenu populaire en France et Europe. C’est un dérivé du semba, lui même dérivé du terme Zemba, un ancêtre de la samba brésilienne, avec de très fortes influences de zouk, après que Kassav’ ait donné un concert dans la capitale dans les années 1980.

Au Portugal, le mot « kizomba » est utilisé pour n’importe quel type de musique dérivée du zouk, même si elle n’est pas d’origine angolaise.

La kizomba, en tant que musique et danse, a commencé à pénétrer l’Europe (en commençant par le Portugal) ces dernières années. Toutefois, le style de danse pratiqué est quelquefois très éloigné du style angolais, notamment en Semba. Ce phénomène s’explique par le fait qu’une partie significative des pratiquants européens a des antécédents de salsa ou d’autres danses latines aux sonorités et à la gestuelle différentes.

La danse Kizomba (au sens strict) se caractérise par sa langueur et sa sensualité. Descendant du Semba et du Tango Congolais, la kizomba est appelée le “tango africain”.

 

Kuduro

Le Kuduro, littéralement « cul serré », est un style de musique originaire d’Angola apparu dans les années 90. Tempo très rythmé, mélange de house, de rythmes afro-latino. Il connaît un franc succès en Angola, bien sûr, au Portugal, au Brésil et au Cap-Vert ; encore trop peu connu en France. Style de musique populaire, l’inventeur du Kuduro, Tony Amado est un artiste luandais. C’est de la danse qu’est venue la musique, c’est en regardant un film de l’acteur Jean Claude Van Damme, que le rythme l’emporta. D’abord diffusé dans les candonguerios, taxis collectifs de Luanda, et connaît tout de suite un franc succès. D’abord interdit de diffusion sur les ondes (les connotations parfois sexuelles des paroles, en sont probablement la principale cause), le Kuduro se diffuse pourtant en masse. Comme presque tous les styles musicaux électroniques et crus, il échappe en général à l’industrie du disque, et son succès réside dans son origine

 

Merengue

Son histoire

Le merengue est un style de chant et de danse très populaire originaire de République dominicaine. Il prit naissance au début du XIXe siècle, et est lié au meringue d’Haïti. Depuis, le merengue est devenu une forme de danse latine amusante, simple et à la portée de tous. Cette danse se caractérise principalement par un mouvement des hanches qui balancent de gauche à droite (déhanchement cubain) ainsi que par la figure ” pas de côté/pieds ensemble/pas de côté “. Comme c’est le cas pour toutes les danses latines, la version originale est rapide et agitée. Le merengue est joué autant par des groupes folk, avec des instruments comme l’accordéon, la grosse caisse double, et le guayo en métal, que par divers orchestres populaires. Bien qu’il fit son apparition en Amérique du Nord dans les années 50, le merengue ne fut connu à New York que quelques années plus tard. Des musiciens et chanteurs de renom tels Angel Viloria, Johnny Ventura et Juan Luis Guerra contribuèrent à son succès.

Son style

Elle est aujourd’hui une danse sociale structurée offrant des tempos variés. Il y a le paséo (variante lente), le merengue (rythme moyen) et le jaleo (rapide).

Les commentaires sont fermés